PORTFOLIO - Photographe de presse: climats variables

Attention: open in a new window. Print

This article was originally published only in French. No translation is available.

 

Par Robert Mailloux

La journée de travail du photographe de LA PRESSE s'annonçait calme. C'est du moins l'illusion à laquelle celui-ci avait succombé quand, par un de ces matins frisquets dont septembre détient le secret,

il avait engouffré son instrument de travail numéro un (douze kilos d'équipement photo) dans le coffre de son instrument de travail numéro deux (sa fidèle voiture).

 

Au programme ? Une conférence de presse à neuf heures, dans un hôtel du centre-ville. Or, tout le monde sait qu'un tel événement commence obligatoirement avec trente minutes de retard, le temps de laisser la meute journalistique avaler un innommable café, premier d'une longue série qui s'étire tout au long des « assignations ». Rien ne pressait donc !

 

Eh, bien, c'était sans compter sur l'imprévu, ce traître volcan sur lequel tout photographe de presse passe une bonne partie de sa vie professionnelle. Ce matin-là, à la suite d'un malheureux concours de circonstances où un brouillard rampant s'était allié à la Fatalité, un grave accident venait tout juste de se produire sur une autoroute menant vers la métropole. Résultat ? Au moment même où notre photographe apprenait sur son téléphone cellulaire (instrument de travail numéro trois) la tragique nouvelle, il aperçut une immense colonne de fumée s'élever à quelques dizaines de kilomètres. Il sut alors que son café aurait un arrière-goût de cendre et de sang...

 

Photo n&b: policiers maîtrisant un manifestant non loin d'une voiture en feu

 

René Picard, «Une douzaine d'autos-patrouille ont été endommagées, plusieurs policiers et citoyens ont été blessés
et près de 300 personnes ont été appréhendées.» Émeute de la Saint-Jean-Baptiste, 23 juin 1968.
© René Picard

 

Se rendre sur les lieux, et le plus rapidement possible. Qu'il aurait aimé, notre photographe, disposer d'un de ces gyrophares multicolores qui lui aurait permis de faire la nique aux automobilistes somnolents ! Mais non, c'est à ses risques et périls (lire : les points de démérite) qu'il fila vers les lieux de l'hécatombe. Jusqu'à l'inévitable barrage policier qui détournait le flot des véhicules vers une route secondaire. Heureusement, le photo-reporter s'était muni de son instrument de travail numéro quatre : la sacro-sainte carte de presse, maintes fois imitée, mais jamais égalée. Cette dernière agit sur le gendarme de faction à la façon d'un sésame-ouvre-toi. La voiture de LA PRESSE avala donc les derniers kilomètres à toute vitesse.

 

La scène évoquait un Viêt-nam des années soixante-dix. Plusieurs véhicules lourds, dont un camion-citerne rempli d'essence, s'étaient emboutis au point de former un gros tas de ferraille dont le centre était occupé par un brasier qui vomissait une tornade de feu et fumée. L'oeil du photographe ne fit qu'un tour dans son orbite. Sans demander la mission à qui que ce soit (ce qui, incidemment, constitue le meilleur moyen de se la faire fuser), il s'approcha du trio de pompiers sur la ligne de feu. Ce jour-là, les premières loges tenaient beaucoup d'un sauna déréglé. La chaleur émanant de la boule de feu était telle que le photo-reporter opéra très rapidement. Pas le temps d'effectuer deux ou trois lectures de posemètre, pas le temps non plus de demander aux sapeurs d'arborer leur plus beau sourire ! À quoi d'ailleurs aurait servi une pellicule boursouflée par la chaleur ?

 

À quelques mètres de là, un autre camion, complètement carbonisé. Et dans la cabine, une vision d'horreur : le chauffeur, ou ce qui en restait, figé pour l'éternité derrière son volant. Question d'éthique, les lecteurs de LA PRESSE apprécieraient-ils qu'une photo du macchabée trône entre les rôties et la tasse de café ? Sûrement pas. Mais un photographe de presse se doit d'enregistrer tout ce qu'il voit, au risque de meubler ses cauchemars pour des nuits à venir. Clic et re-clic ! Quelques instants plus tard, un ami de la victime arriva en courant. « C'est Ti-Guy, c'est Ti-Guy qui est là-dedans ! », répétait-il entre deux sanglots. Faire le foyer sur le pauvre homme, déclencher l'obturateur : clic et re-clic ! À ce moment précis, le photographe se demanda, dans le court espace qui sépare deux négatifs, s'il ne tenait pas un peu du vautour. Il secoua la tête et s'enfuit vers le journal.

 

Photo n&b: soldats qui font leurs adieux à leurs proches sur le quai d'une gare

 

Inconnu, Départ pour la guerre, 1939.
© La Presse

 

C'est dans la pénombre tiède de la chambre noire que s'accomplit ensuite l'alchimie quotidienne. Une heure suffit pour réduire une tragédie en une série de photos glacées (glaciales ?). Le photographe de LA PRESSE était très fier : on lui avait réservé les trois premières pages de l'édition du lendemain. Ses patrons vinrent même lui donner de grandes tapes dans le dos.

 

Dans l'après-midi, il fit sourire pour l'objectif la nouvelle coqueluche de la chanson et fit un reportage sur la climatisation des grands immeubles.

 

Le lendemain, une bonne partie du Québec frissonna en voyant les photos de l'accident.

 

Le surlendemain, le voisin du photographe se dit que, décidément, l'automne arrivait tôt cette année-là. Et se servit de LA PRESSE de la veille pour allumer son premier feu de foyer.

 

Ce texte est reproduit avec la permission de l'auteur. © Robert Mailloux, photographe à La Presse

 

 

 

Photo n&b: groupe de femmes arborant des drapeaux sur la rue

 

Inconnu, Les gentilles petites sténographes de la Place d'armes ont oublié le carnet de notes. C'est jour de la victoire et on la fête à qui mieux mieux, 1945.
© La Presse

 

 

Photo n&b: gardiens de prison surveillant des prisonniers réunis derrière des barbelés

 

Jean-Yves Létourneau, «Derrière les barbelés, 400 prisonniers nerveux et épuisés par l'insomnie n'en continuent pas moins à narguer leurs gardiens: 80 soldats du Royal 22e Régiment, armés de mitraillettes et de carabines.» Émeute au pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul, juin 1962.
© Jean-Yves Létourneau

 

 

Photo n&b: le président De Gaulle sur le balcon de l'Hôtel de ville de Montréal

 

Yves Beauchamp, «Vive le Québec libre», 24 juillet 1967.
© Yves Beauchamp

 

 

Photo n&b: couple étonné de voir des militaires sur le trottoir devant leur maison

 

Michel Gravel, «Si la présence d'autant de militaires dans les rues de Montréal-Nord suscitait un vif intérêt chez les enfants, pour les plus âgés, c'est d'un œil plutôt inquiet que l'on surveillait les manœuvres.» Octobre 1970 .
© Michel Gravel

 

 

Photo n&b: gens faisant une farandole dans la ruePhoto n&b: trois vaches marquées Oui dans un champ

 

Jean Goupil, Victoire du Parti Québécois, 15 novembre 1976 ; Armand Trottier, Sans titre, 11 mai 1980.
© Jean Goupil     © Armand Trottier

 

 

Photo n&b: homme contemplant les eaux tumultueuses d'un barrage

 

Antoile Désilets, René Lévesque au barrage de Carillon, juillet 1962.
© Antoine Désilets

 

 

Photo n&b: vue en plongée du convoi funéraire dans la capitale

 

Pierre Côté, Funérailles de René Lévesque, 8 novembre 1987.
©  Pierre Côté

 

 

Photo n&b: bras de fer entre les deux hommes

 

Pierre McCann, Félix Leclerc et Maurice Richard, 20 octobre 1983.
© Pierre McCann

 

 

Photo n&b: pompiers pointant une lance à incendie vers un brasier surmonté d'une épaisse fumée

 

Robert Mailloux, Accident sur la route 20 à Sainte-Madeleine, 29 septembre 1983.
© Robert Mailloux


Robert Mailloux · CV9 · Friday, 01 September 1989 00:00
http://cielvariablearchives.org/en/portfolio-photographe-de-presse-climats-variables-par-robert-mailloux.html
 
 
 
 
© 2010 Productions Ciel variable | This project was made possible through the Canadian Culture Online Program of the Department of Canadian Heritage canada Logo
|Site map |